Avertir le modérateur

10 juin 2012

Euro 2012: On a vu l'Euro avant tout le monde (2/2)

spain-euro-final-xl-080630g.jpg

Vous trouvez que BeInsport coûte un peu trop cher? Vous pensez que le mois de juin est plutôt fait pour enchaîner les mojitos en terrasse que pour regarder du foot? Pas de problème, cet article est fait pour vous. Grâce à nous, vous saurez d’une simple traite tout ce qui va se passer pendant le prochain Euro, en Pologne et en Ukraine, sans vous fader République Tchèque – Russie. Tout bénéf’

Bon, comme ça reste du foot et qu’on n’est pas à l’abri de voir la Grèce (!) ou la France (!!) gagner, on va quand même aller dans ces pays pour suivre la compét’. Au cas-où.

Quarts de finale

Pologne – Portugal 0-1

«Les gars, je crois en vous. Vous pouvez le faire. Même sans moi.» Finalement suspendu pour un match, @Cristiano sait trouver les mots et le tweet juste pour encourager ses partenaires. Sans lui, le Portugal s’en remet à ce qu’il lui reste: Quaresma. Fatigué qu’on le compare avec l’otarie de l’aquarium de Lisbonne, ce bon Ricardo sort le match de sa vie. Il marque et fait expulser Damien Perquis, ce dernier annonce dans sa foulée sa retraite internationale. «La Pologne, c’était juste pour éviter de passer le mois de juin à Sochaux». Dans les arrêts de jeu, une reprise de la tête de Lewandowski est détournée de la main sur sa ligne par Rui Patricio. Tout un pays crie à la Suarez. Mais après vérification, le Patricio en question officie bien comme gardien de buts pour le Portugal. Fallait le savoir.

Espagne – Angleterre 1-0

Fatigué de perdre deux joueurs par entraînement, Roy Hodgson décide de laisser quartier libre toute la semaine à ses boys. Du coup, Rooney et Cole profitent de la présence de Mike Tindall à Cracovie pour s’initier au lancer de nains avec un gramme d’alcool dans chaque bras. Gerrard est excusé. Il est en garde à vue pour avoir rossé un DJ polonais qui refusait de passer du Simply Red. Sans surprise, les Anglais ne voient pas le ballon face à la Roja. David James (qui a été rappelé après la blessure de David Seaman) a beau tout sortir, il ne peut rien sur une reprise imparable de la rotule de Torres.

Allemagne – Grèce 3-0

Il l’a annoncé, il l’a fait, Alexis Tsipras refuse de claquer la bise (ou juste de serrer la main) d’Angela Merkel. Michel Platini use de son pouvoir de président de l’UEFA pour expulser le chef du gouvernement grec de la tribune présidentielle. Karagounis proteste. Sur le terrain, l’Allemagne ne joue pas l’austérité. Karagounis a beau faire annuler les deux premiers buts de la Mannschaft après médiation auprès de l’arbitre, la Grèce plonge. Mario Gomez pousse trois fois le ballon au fond. On va dire qu’il était bien placé.

France – Italie 2-1

Comme Philippe Mexès ne rentre plus vraiment dans son XL, Laurent Blanc décide de faire confiance à Laurent Koscielny. Le Gunner rappelle à tout le monde qu’il jouait il y a encore trois ans à Tours. Passe déc’ pour Cassano qui traînait par là. Comme on ne peut vraiment pas faire confiance aux enfants, Patrice Evra décide de sauver tout seul la patrie. Et si Pat’ n’avait jamais marqué avec les Bleus, c’est juste qu’il se réservait pour le moment opportun. Au retour des vestiaires, il profite d’un ballon perdu par Pirlo et d’un une-deux avec Nasri pour égaliser. Alors qu’on file vers la prolongation, Pat rappelle à toute l’Italie qu’il a été attaquant à Monza. Contrôle poitrine, coup du sombrero sur De Rossi et reprise du droit dans la lunette de Buffon. Parti satisfaire un besoin naturel, Blanc a raté l’épisode. Evra, lui, refuse toute filiation avec Lilian Thuram. «Le palmarès de Patrice Evra se suffit à lui-même, pour qu’on évite toute comparaison avec un honnête défenseur du FC Parme.»

Demi-finales

1982-schumacher_harald-battiston_patrick.jpg


Espagne – Portugal : 1-0

Passons rapidement sur le score, puisque comme vous vous en doutez, l’Espagne remporte ce derby de la péninsule en faillite 1-0. Comme ses 87 derniers matchs. 87, comme le pourcentage de possession de balle des potes de Xavi lors de cette rencontre. Non, finalement, le plus intéressant dans cette demi, ce sont encore les multiples gros plans de la télé sur les formes onctueuses de Shakira, qui n’ont semble-t-il pas laissé de marbre le lubrique mais très professionnel réalisateur ukrainien. Sans doute jaloux de la réussite sentimentale (Shakira>Irina?) de Gérard Piqué, Cristiano Ronaldo a annoncé avant ce match qu’il était «le plus important de sa vie» (la dernière fois, c’était lors de la 12e journée de Liga face à Malaga).

Le résultat est sans appel: après une frappe de 38 mètres en coin qui tape la barre puis un rush à la Maradona stoppé par un tacle assassin d'Arbeloa, il envoie son penalty dans l’usine à hydrocarbure qui longe le magnifique - mais charbonneux - Stade Olympique de Kiev. Alors que le Portugal pleure une énième défaite d’une cruauté sans nom, CR7 décide d’en finir. Suicide à l’épuisement après 1739 pompes. Sur son corps musclé mais sans vie repose une note: «Pas de ballon d’Or, pas de raison de vivre.» Le lendemain, Franck Ribéry signe au Real Madrid.

France – Allemagne: 5-5, 6 tirs aux buts à 7 pour les Boches

La nouvelle tombe sur le coup des 17 heures, à quelques minutes du match. A force d’exposer son sourire Colgate, la mâchoire d’Adil Rami a lâché lors d’une séance photo pour le très hype magazine «Vogue». Triste nouvelle pour lui, puisqu’il va désormais avoir la même gueule que le Joker, mais surtout pour Laurent Blanc, qui doit aligner face à l’Allemagne une doublette Mexès-Koscielny en défense centrale. Une sacrée aubaine pour Klose, qui trouve ici la seule charnière qui coure moins vite que lui dans toute l’Europe. Auteur d’un quintuplé, ce polonais de naissance inscrit dans son pays son 1400e but pour la Mannschaft, mais seulement son 10e de la compétition. Un bien faible total. Pardonnez-le, on finit tous par vieillir un jour...

Heureusement pour les Bleus, la défense allemande n’a pas grand-chose non plus de la ligne Maginot (si vous croyiez que vous alliez vous sortir d'un France/Allemagne sans une vanne sur 39-45, vous faisiez fausse route). Martesacker tracte trois caravanes sur la route du Cap d'Agde et Badstüber dérobe au 3e Reich(et de deux) le titre de «plus grande escroquerie de l’histoire de l’Allemagne». Benzema en plante deux, Ribéry trois, Nasri zéro. 5-5 à la fin des prolongations. Inutile de préciser qu’il y avait 0-0 après les 90 minutes de temps règlementaire. Inutile de mentionner aussi la sortie infamante les deux pieds décollés de la surface de la lune de Neuer sur Benzema. La France perd deux mâchoires le même jour et une demi-finale, puisque le même Neuer inscrit le 7e penalty de la gagne, juste après que Patrice Evra a manqué sa panenka. La vie est parfois une pute.

La France éternelle est de retour, perdante romantique, injustement spoliée (et de trois), cruellement terrassée, magistralement violée comme une étudiante sur une aire d’autoroute après une soirée en boite sur le vieux port. Le peuple bleu-blanc-rouge a retrouvé l’équipe qu’elle aime, dans laquelle elle se reconnait. Trois millions de personnes portent Patrice Evra en triomphe sur les Champs-Elysées. Vous êtes tous des veaux. France, je te déteste.

Finale

Espagne-Allemagne: 0-4. Non je déconne, 1-0.

C’est la revanche du remake du retour du match le plus casse-couille de la décennie. Tous les amoureux du VRAI football souhaitent voir l’Allemagne gagner, tous les connards qui n’ont toujours pas compris que les bouffeurs de tapas tournent aux stéroïdes depuis huit ans continuent de se toucher la nouille sur les passes en retrait de Xavi, tous les Français sont en terrasse pour regarder la finale de Secret Story. Les vaches sont bien gardées, Miroslav Klose aussi. L’ancêtre teuton n’arrive pas à marquer. Mario Gomez non plus. A partir du moment où l’on commence à compter sur Podolski pour faire autre chose que des frappes de maçons trente mètres au-dessus, c’est que ça commence à devenir compliqué.

Comme prévu, on pensait voir le match du siècle. Comme prévu, on s’ennuie à s’en tailler les veines. Heureusement qu’il y a Iniesta. Vexé par la nullité de son attaquant de pointe et de ses défenseurs centraux, l’enfant lune du Barça dribble tout seul la défense de l’Allemagne pour offrir la victoire à l’Espagne, 1-0. Oui, j’aurais pu trouver une meilleure chute à cette histoire qu’un vulgaire copié/collé. Mais le football aurait pu, lui aussi.

Morale de l'histoire: L'Espagne est championne d'Europe, encore.


Alexandre Pedro (pour les quarts de finale) et Bertrand Volpilhac (pour les demis et la finale)

Commentaires

et l'espagne va remporter encore une fois l'EURO 2012

Écrit par : danar | 10 juin 2012

Juste parfait, le france allemagne, j'en ai la larme à l'oeil :') Et excellent aussi la finale, je pense la même chose que vous depuis quatre ans.

Écrit par : babascoop | 10 juin 2012

Quelle honte les propos sur les "bouffeurs de tapas" qui seraient dopés. Ça reflète bien la jalousie de pauvres franchouillards qui n'arrivent pas a admettre que les espagnols écrasent les sportifs français dans la plupart des domaines. Vous pouvez être aigri mais tous les dopants au monde ne pourraient faire bien jouer des bleus aussi nuls qu'arrogants et suffisants. Non aucun bleu ne peut espérer atteindre le talent d'un Iniesta, Fabregas, Xavi, etc.... Laissons le foot aux joueurs de foot, de quelque pays ils soient, laissons le ridicule mondial aux bleus, pseudo "joueurs de foot", dont le seul exploit est que plus aucun annonceur ne désire les prendre pour faire de la publicité tellement leur personne est détestable.

Écrit par : Pedroluis | 10 juin 2012

"Ça reflète bien la jalousie de pauvres franchouillards qui n'arrivent pas a admettre que les espagnols écrasent les sportifs français dans la plupart des domaines".

Vous avez tout à fait raison, c'est d'ailleurs pour ça que nous les avons fait gagner.

Écrit par : Bertrand Volpilhac | 10 juin 2012

Moi, justement, j'aime bien cette expression "bouffeurs de tapas"

Écrit par : LaBrune de FootPouf | 10 juin 2012

Un papier de génie(s) écrit par un Clermontois et un Toulousain. Putain, c'est beau. Un joli message pour les Israéliens et les Palestiniens.

Écrit par : Bernard Laporte | 11 juin 2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu