Avertir le modérateur

10 juin 2012

J'ai fait le marché noir avec un supporter espagnol

blog.jpg

J’avoue, je suis un peu puceau du marché noir. J’ai bien acheté un soir une place à dix euros pour un TFC – Auxerre. Juste pour situer le niveau de la négociation, le mec était disposé à me l’offrir. Auréliano recherchait lui quatre places pour Italie – Espagne. Une autre affaire tout de suite. «Toi, tu dois en avoir. Tu bosses dans les médias», me lance-t-il devant la billetterie de l’Arena de Gdansk. Comment dire l’ami. L’UEFA a gentiment voulu de nous, malgré un non respect total de la date limite pour les accréditations, je voyais mal Michel Platini me filer quelques places en plus pour d’éventuels  amis en détresse.

Motivé, Auréliano alpague tout ce qui passe devant lui. Pendant une heure, il va négocier en anglais avec des Polonais… qui ne parlent pas toujours anglais. Auréliano parlant pas vraiment anglais lui-même. Le premier type (appelons-le Jacek comme Jacek Bak) demande «one thousand». Auréliano tablait plutôt sur 200 euros max. Juste 800 euros de moins. «Les deux places sont pour ma copine et moi, lui explique le Jacek. Si je te les vends à ce prix là, elle va me tuer.» Auréliano veut bien pousser à 220, pas plus. «J’adore le foot, mais je ne vais pas me ruiner quand-même.»

C’est que notre ami est venu sans la permission de sa fiancée. Du coup, il préfère éviter de vider le compte commun. Et puis, il y a la crise. Auréliano ne se plaint pas. Il travaille comme infirmier à Huelva et doit être le seul dans sa bande de potes à ne pas pointer au Pôle Emploi du coin. «On m’a quand-même baissé mon salaire de 15%, mais aussi demander de travailler deux heures de plus par semaine. On a tous accepté. Qu’est-ce que tu peux négocier dans un pays où le chômage est à 25% ?»

Alors pour se changer les idées, il a improvisé ce voyage avec trois copains. Sans un billet en poche. Il faut dire qu’Auréliano adore le foot. Vous pouvez même avoir une discussion technico-tactique sur Montpellier et débattre de la carrière de Florent Sinama-Pongolle avec lui. «Un putain d’attaquant. On aurait bien aimé le garder à Huelva, mais on est trop fauché.» 

Après une nouvelle tentative infructueuse avec un mec qu’on appellera Piotr (comme Piotr Swierczewski), je laisse Auréliano se démerder tout seul. Et au moment de rédiger ce post, je me souviens d’une de ses prédictions. «Tu verras, Del Bosque débuteras contre l’Italie avec Fabregas et Silva en pointe. Sans avant-centre.» Bien vu.

22:28 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu