Avertir le modérateur

15 juin 2012

Pourquoi il faut envoyer en stage en Irlande le public du Stade de France

RTR33M0Y.jpg

Comme les pays organisateurs, nous exigeons que l’Irlande soit qualifiée pour toutes les grandes compétitions. Michel Platini, si tu peux faire jouer tes relations... Pas pour sa sélection – dont le niveau doit avoisiner celui du Stade Brestois à qui on aurait enlevé Etienne Grougi – mais pour ses supporters. Public du Stade de France, ce message est donc pour toi. Non, le football ce n’est pas seulement encourager les siens quand ils mènent 3-0. Oui, la ola ça craint (surtout en match amical contre l’Autriche). Je te dédie donc cette vidéo.  

Lire la suite

14 juin 2012

Pologne/ Ukraine, on a fait le match des pays organisateurs

slavko.jpg

C’était la question à 1.000 zlotis (ou hryvnias). Qui de la Pologne ou de l’Ukraine allait être le meilleur (ou plutôt) le moins mauvais des deux pays organisateurs? On est sur place et on fait le match.

Infrastructures.

Ukraine: La grande classe. La Dombass Arena de Donetsk est une merveille architecturale, et le Stade Olympique de Kiev n’est pas trop mal non plus. Ca tombe bien, le premier aura une demi-finale, le second la finale. Pour avoir bien vu la Dombass, je peux vous assurer que l’Oligarque à la tête du Shaktior Donetsk n’a pas balancé son argent par la fenêtre. D’extérieur, il est magnifique. D’intérieur, il conserve l’ambiance mais aussi la chaleur. Hyper fonctionnel, hyper propre, hyper simple d’accès (plein centre-ville). C’est du 5 étoiles. Tout comme le centre d’entraînement de Kirsha, où sont situés les Bleus. A ce niveau-là, l’Ukraine fait largement le boulot.

Pologne: La grande classe aussi et sans piste d’athlétisme comme à Kiev ou Karkiv.  Le Stade National de Varsovie est un ravissement pour les yeux, le Stadium Municipal de Wroclaw me fait penser au plus bas stade du monde – à mon humble avis – aka mon Stadium de Toulouse. Avec sa couleur ambrée, l’Arena de Gdansk donne aussi envie d’être aimée. La pelouse moins. Sèche et mal tondue, elle a mise en colère nos Espagnols. Les centres d’entraînement de la Roja et des Allemands sont tout à fait convenables, mais ne boxent dans la même catégorie que les installations de Kirsha.

L’Ukraine gagne le match pour un brin d’herbe.

Lire la suite

10 juin 2012

J'ai fait le marché noir avec un supporter espagnol

blog.jpg

J’avoue, je suis un peu puceau du marché noir. J’ai bien acheté un soir une place à dix euros pour un TFC – Auxerre. Juste pour situer le niveau de la négociation, le mec était disposé à me l’offrir. Auréliano recherchait lui quatre places pour Italie – Espagne. Une autre affaire tout de suite. «Toi, tu dois en avoir. Tu bosses dans les médias», me lance-t-il devant la billetterie de l’Arena de Gdansk. Comment dire l’ami. L’UEFA a gentiment voulu de nous, malgré un non respect total de la date limite pour les accréditations, je voyais mal Michel Platini me filer quelques places en plus pour d’éventuels  amis en détresse.

Motivé, Auréliano alpague tout ce qui passe devant lui. Pendant une heure, il va négocier en anglais avec des Polonais… qui ne parlent pas toujours anglais. Auréliano parlant pas vraiment anglais lui-même. Le premier type (appelons-le Jacek comme Jacek Bak) demande «one thousand». Auréliano tablait plutôt sur 200 euros max. Juste 800 euros de moins. «Les deux places sont pour ma copine et moi, lui explique le Jacek. Si je te les vends à ce prix là, elle va me tuer.» Auréliano veut bien pousser à 220, pas plus. «J’adore le foot, mais je ne vais pas me ruiner quand-même.»

C’est que notre ami est venu sans la permission de sa fiancée. Du coup, il préfère éviter de vider le compte commun. Et puis, il y a la crise. Auréliano ne se plaint pas. Il travaille comme infirmier à Huelva et doit être le seul dans sa bande de potes à ne pas pointer au Pôle Emploi du coin. «On m’a quand-même baissé mon salaire de 15%, mais aussi demander de travailler deux heures de plus par semaine. On a tous accepté. Qu’est-ce que tu peux négocier dans un pays où le chômage est à 25% ?»

Alors pour se changer les idées, il a improvisé ce voyage avec trois copains. Sans un billet en poche. Il faut dire qu’Auréliano adore le foot. Vous pouvez même avoir une discussion technico-tactique sur Montpellier et débattre de la carrière de Florent Sinama-Pongolle avec lui. «Un putain d’attaquant. On aurait bien aimé le garder à Huelva, mais on est trop fauché.» 

Après une nouvelle tentative infructueuse avec un mec qu’on appellera Piotr (comme Piotr Swierczewski), je laisse Auréliano se démerder tout seul. Et au moment de rédiger ce post, je me souviens d’une de ses prédictions. «Tu verras, Del Bosque débuteras contre l’Italie avec Fabregas et Silva en pointe. Sans avant-centre.» Bien vu.

22:28 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

Euro 2012: On a vu l'Euro avant tout le monde (2/2)

spain-euro-final-xl-080630g.jpg

Vous trouvez que BeInsport coûte un peu trop cher? Vous pensez que le mois de juin est plutôt fait pour enchaîner les mojitos en terrasse que pour regarder du foot? Pas de problème, cet article est fait pour vous. Grâce à nous, vous saurez d’une simple traite tout ce qui va se passer pendant le prochain Euro, en Pologne et en Ukraine, sans vous fader République Tchèque – Russie. Tout bénéf’

Bon, comme ça reste du foot et qu’on n’est pas à l’abri de voir la Grèce (!) ou la France (!!) gagner, on va quand même aller dans ces pays pour suivre la compét’. Au cas-où.

Quarts de finale

Pologne – Portugal 0-1

«Les gars, je crois en vous. Vous pouvez le faire. Même sans moi.» Finalement suspendu pour un match, @Cristiano sait trouver les mots et le tweet juste pour encourager ses partenaires. Sans lui, le Portugal s’en remet à ce qu’il lui reste: Quaresma. Fatigué qu’on le compare avec l’otarie de l’aquarium de Lisbonne, ce bon Ricardo sort le match de sa vie. Il marque et fait expulser Damien Perquis, ce dernier annonce dans sa foulée sa retraite internationale. «La Pologne, c’était juste pour éviter de passer le mois de juin à Sochaux». Dans les arrêts de jeu, une reprise de la tête de Lewandowski est détournée de la main sur sa ligne par Rui Patricio. Tout un pays crie à la Suarez. Mais après vérification, le Patricio en question officie bien comme gardien de buts pour le Portugal. Fallait le savoir.

Espagne – Angleterre 1-0

Fatigué de perdre deux joueurs par entraînement, Roy Hodgson décide de laisser quartier libre toute la semaine à ses boys. Du coup, Rooney et Cole profitent de la présence de Mike Tindall à Cracovie pour s’initier au lancer de nains avec un gramme d’alcool dans chaque bras. Gerrard est excusé. Il est en garde à vue pour avoir rossé un DJ polonais qui refusait de passer du Simply Red. Sans surprise, les Anglais ne voient pas le ballon face à la Roja. David James (qui a été rappelé après la blessure de David Seaman) a beau tout sortir, il ne peut rien sur une reprise imparable de la rotule de Torres.

Allemagne – Grèce 3-0

Il l’a annoncé, il l’a fait, Alexis Tsipras refuse de claquer la bise (ou juste de serrer la main) d’Angela Merkel. Michel Platini use de son pouvoir de président de l’UEFA pour expulser le chef du gouvernement grec de la tribune présidentielle. Karagounis proteste. Sur le terrain, l’Allemagne ne joue pas l’austérité. Karagounis a beau faire annuler les deux premiers buts de la Mannschaft après médiation auprès de l’arbitre, la Grèce plonge. Mario Gomez pousse trois fois le ballon au fond. On va dire qu’il était bien placé.

France – Italie 2-1

Comme Philippe Mexès ne rentre plus vraiment dans son XL, Laurent Blanc décide de faire confiance à Laurent Koscielny. Le Gunner rappelle à tout le monde qu’il jouait il y a encore trois ans à Tours. Passe déc’ pour Cassano qui traînait par là. Comme on ne peut vraiment pas faire confiance aux enfants, Patrice Evra décide de sauver tout seul la patrie. Et si Pat’ n’avait jamais marqué avec les Bleus, c’est juste qu’il se réservait pour le moment opportun. Au retour des vestiaires, il profite d’un ballon perdu par Pirlo et d’un une-deux avec Nasri pour égaliser. Alors qu’on file vers la prolongation, Pat rappelle à toute l’Italie qu’il a été attaquant à Monza. Contrôle poitrine, coup du sombrero sur De Rossi et reprise du droit dans la lunette de Buffon. Parti satisfaire un besoin naturel, Blanc a raté l’épisode. Evra, lui, refuse toute filiation avec Lilian Thuram. «Le palmarès de Patrice Evra se suffit à lui-même, pour qu’on évite toute comparaison avec un honnête défenseur du FC Parme.»

Demi-finales

1982-schumacher_harald-battiston_patrick.jpg


Espagne – Portugal : 1-0

Passons rapidement sur le score, puisque comme vous vous en doutez, l’Espagne remporte ce derby de la péninsule en faillite 1-0. Comme ses 87 derniers matchs. 87, comme le pourcentage de possession de balle des potes de Xavi lors de cette rencontre. Non, finalement, le plus intéressant dans cette demi, ce sont encore les multiples gros plans de la télé sur les formes onctueuses de Shakira, qui n’ont semble-t-il pas laissé de marbre le lubrique mais très professionnel réalisateur ukrainien. Sans doute jaloux de la réussite sentimentale (Shakira>Irina?) de Gérard Piqué, Cristiano Ronaldo a annoncé avant ce match qu’il était «le plus important de sa vie» (la dernière fois, c’était lors de la 12e journée de Liga face à Malaga).

Le résultat est sans appel: après une frappe de 38 mètres en coin qui tape la barre puis un rush à la Maradona stoppé par un tacle assassin d'Arbeloa, il envoie son penalty dans l’usine à hydrocarbure qui longe le magnifique - mais charbonneux - Stade Olympique de Kiev. Alors que le Portugal pleure une énième défaite d’une cruauté sans nom, CR7 décide d’en finir. Suicide à l’épuisement après 1739 pompes. Sur son corps musclé mais sans vie repose une note: «Pas de ballon d’Or, pas de raison de vivre.» Le lendemain, Franck Ribéry signe au Real Madrid.

France – Allemagne: 5-5, 6 tirs aux buts à 7 pour les Boches

La nouvelle tombe sur le coup des 17 heures, à quelques minutes du match. A force d’exposer son sourire Colgate, la mâchoire d’Adil Rami a lâché lors d’une séance photo pour le très hype magazine «Vogue». Triste nouvelle pour lui, puisqu’il va désormais avoir la même gueule que le Joker, mais surtout pour Laurent Blanc, qui doit aligner face à l’Allemagne une doublette Mexès-Koscielny en défense centrale. Une sacrée aubaine pour Klose, qui trouve ici la seule charnière qui coure moins vite que lui dans toute l’Europe. Auteur d’un quintuplé, ce polonais de naissance inscrit dans son pays son 1400e but pour la Mannschaft, mais seulement son 10e de la compétition. Un bien faible total. Pardonnez-le, on finit tous par vieillir un jour...

Heureusement pour les Bleus, la défense allemande n’a pas grand-chose non plus de la ligne Maginot (si vous croyiez que vous alliez vous sortir d'un France/Allemagne sans une vanne sur 39-45, vous faisiez fausse route). Martesacker tracte trois caravanes sur la route du Cap d'Agde et Badstüber dérobe au 3e Reich(et de deux) le titre de «plus grande escroquerie de l’histoire de l’Allemagne». Benzema en plante deux, Ribéry trois, Nasri zéro. 5-5 à la fin des prolongations. Inutile de préciser qu’il y avait 0-0 après les 90 minutes de temps règlementaire. Inutile de mentionner aussi la sortie infamante les deux pieds décollés de la surface de la lune de Neuer sur Benzema. La France perd deux mâchoires le même jour et une demi-finale, puisque le même Neuer inscrit le 7e penalty de la gagne, juste après que Patrice Evra a manqué sa panenka. La vie est parfois une pute.

La France éternelle est de retour, perdante romantique, injustement spoliée (et de trois), cruellement terrassée, magistralement violée comme une étudiante sur une aire d’autoroute après une soirée en boite sur le vieux port. Le peuple bleu-blanc-rouge a retrouvé l’équipe qu’elle aime, dans laquelle elle se reconnait. Trois millions de personnes portent Patrice Evra en triomphe sur les Champs-Elysées. Vous êtes tous des veaux. France, je te déteste.

Finale

Espagne-Allemagne: 0-4. Non je déconne, 1-0.

C’est la revanche du remake du retour du match le plus casse-couille de la décennie. Tous les amoureux du VRAI football souhaitent voir l’Allemagne gagner, tous les connards qui n’ont toujours pas compris que les bouffeurs de tapas tournent aux stéroïdes depuis huit ans continuent de se toucher la nouille sur les passes en retrait de Xavi, tous les Français sont en terrasse pour regarder la finale de Secret Story. Les vaches sont bien gardées, Miroslav Klose aussi. L’ancêtre teuton n’arrive pas à marquer. Mario Gomez non plus. A partir du moment où l’on commence à compter sur Podolski pour faire autre chose que des frappes de maçons trente mètres au-dessus, c’est que ça commence à devenir compliqué.

Comme prévu, on pensait voir le match du siècle. Comme prévu, on s’ennuie à s’en tailler les veines. Heureusement qu’il y a Iniesta. Vexé par la nullité de son attaquant de pointe et de ses défenseurs centraux, l’enfant lune du Barça dribble tout seul la défense de l’Allemagne pour offrir la victoire à l’Espagne, 1-0. Oui, j’aurais pu trouver une meilleure chute à cette histoire qu’un vulgaire copié/collé. Mais le football aurait pu, lui aussi.

Morale de l'histoire: L'Espagne est championne d'Europe, encore.


Alexandre Pedro (pour les quarts de finale) et Bertrand Volpilhac (pour les demis et la finale)

07 juin 2012

Euro 2012: On a vu l'Euro avant tout le monde (1/2)

 

euro2012

 

Vous trouvez que BeInsport coûte un peu trop cher? Vous pensez que le mois de juin est plutôt fait pour enchaîner les mojitos en terrasse que pour regarder du foot? Pas de problème, cet article est fait pour vous. Grâce à nous, vous saurez d’une simple traite tout ce qui va se passer pendant le prochain Euro, en Pologne et en Ukraine, sans vous fader République Tchèque – Russie. Tout bénéf’

 

Bon, comme ça reste du foot et qu’on n’est pas à l’abri de voir la Grèce (!) ou la France (!!) gagner, on va quand même aller dans ces pays pour suivre la compét’. Au cas-où.

 

Poule A

Grèce, République Tchèque, Russie

Pour éviter de se faire tout de suite virer de sa propre fête, la Pologne a tout bien organisé. A part remplacer la Russie au dernier moment par Saint-Marin, pour protester contre des irrégularités lors de la dernière victoire de Vladimir Poutine, l’UEFA ne pouvait pas beaucoup plus aider le pays hôte. Encore faut-il gagner les matchs. Sans attaquant, ni gouvernement, la Grèce de son côté mise tout sur son bloc défensif et les problèmes de communication entre Perquis et le reste de sa défense. La lumière vient d’un coup-franc praliné de Dariusz Dudka. Oui, le mec d’Auxerre. On vous avait prévenu, cette poule donnerait presque envie d’aller voir une rétrospective d’Andrzej Żuławski  à la cinémathèque de Lodz. Sinon, les quelques survivants assistent au match nul entre Russes et Tchèques.

Après le doublé d’Umut Bulut pour le premier match de son histoire,  BeInsport continue dans le plaisir interlope. Grèce-République Tchèque et gratuitement, si votre Freebox ne déconne pas. Ca serait con d’ailleurs, vous rateriez ce but de Samaras. Si vous savez, un grand bourrin qui ressemble à Ashton Kutcher… Elu joueur du match face à la Russie, Obraniak répond en polonais mais avec un Harrap’s à son interview d’après-match.

Déjà qualifiée après ses deux victoires, la Pologne fait tourner contre les Tchèques. Bonne nouvelle pour tous les journalistes et commentateurs, Jakub Blaszczykowski sort du groupe. Mauvaise nouvelle, il est remplacé par Adrian Mierzejewski. Les Tchèques n’en profitent pas et Milan Baros annonce sa retraite internationale quinze jours trop tard. Après son 0-0 contre la Russie, la Grèce passe le cut avec un but marqué en trois matchs. Même pas le temps de fêter ça,  la moitié de l’équipe retourne au pays. A peine arrivé au pouvoir, Alexis Tsipras, a décidé de nationaliser tous les clubs et de réquisitionner les villas des joueurs pour en faire des crèches. On se disait bien qu’il y aurait un pays communiste en quart de finale.

Qualifiés: Pologne et Grèce

euro2012


Poule B

Allemagne, Pays-Bas, Portugal, Danemark

Quand Robben et Sneijder payent leur hommage à Reinaldo et Ljuboja, pour savoir qui va se tirer ce pénalty. A 3-0, le Danois est peut-être mâché et recraché, mais les deux divas chauves se crêpent le chignon devant un Van Persie qui s’en cogne un peu (son triplé l’aurait presque rendu magnanime). Et tant pis si Robben connaît le même sort que le pauvre Souleymane Camara face à Stephan Andersen, les Pays-Bas ont déjà gagné cet Euro… Dans leur tête en tout cas. Melon toujours, Manuel Neuer est le joueur de cet Allemagne-Portugal à qui Ronaldo aura le plus passé le ballon. Malgré un extérieur du pied «youtubesque» de Ricardo Quaresma, le Portugal s’incline 2-1 devant l’Allemagne. Doublé de Lukas Podolski. Et oui, on est en juin.

Mécontent de son sort de remplaçant, Huntelaar  a sauté dans le premier Kharkiv-Miami la veille de cet Allemagne – Pays-Bas. Du coup la blessure de Van Persie à l’échauffement tombe assez mal. La bonne volonté et le pointu de Kuyt victorieux ne suffisent pas. La Mannschaft punit 3-1 (doublé de Klose, on est en juin on vous dit). A un moment la charnière Booma-Mathijsen, ça finirait bien par se voir. Dans l’autre match, Helder Postiga plante un lob du milieu de terrain, Pepe écrase la tête de Bendtner,  Cristiano reproche à Nani d’être trop perso alors que Meireles s’est fait le premier iroquois-mulet de l’histoire de la coiffure. Bref, du football lusitanien comme on l’aime.

Les suites c’est toujours moins bien. Sauf Rocky II, l’Empire contre-attaque et ce Portugal-Pays-Bas du 17 juin 2012, suite du très attendu épisode 1 sorti en 2006 (16 jaunes, 4 rouges et un but de Maniche). Entre la démonstration de capoeira de Bruno Alves sur Robben, le placage fidjien de De Jong sur Moutinho, sans oublier Boulahrouz  et Ronaldo qui continuent à se chercher même après leur expulsion, notre cœur balance. Le tableau affichage dit lui 1-0 pour le Portugal (Postiga d’une Madjer). Avec quatre suspendus et trois blessés, Paulo Bento se demande si cette qualification est une si bonne chose que cela. La preuve, il rappelle Paulo Machado. Toujours jeune, sympa et décontractée dans ses Scholl,  l’Allemagne corrige  ce qui reste du Danemark, 3-0 (Reus, Ozil et Kroos). Joachim Low relativise. «L’important n’est pas dans le résultat, mais dans le plaisir qu’on procure aux gens». Tout le monde ne partage pas cet altruisme,  Stefan Effenberg et Lothar Matthäus signent une tribune commune dans Bild. Titre: «Où sont les hommes?»

Qualifiés : Allemagne et Portugal

euro2012


Poule C

Espagne, Italie, Irlande, Croatie

Championne d’Europe et du monde en titre, l’Espagne commence sa compétition comme elle l’avait fait en 2010 contre la Suisse, par une défaite. Par le même score, 1-0, faut pas déconner, c’est l’Italie en face. Malgré une ribambelle d’occasions franches toutes caviardées par l’ange blond Fernando Torres, revenu au meilleur de sa dépression, la «Roja» s’incline sur un but étrange, né d’une double glissade de Sergio Ramos puis Gérard Piqué. Si Gianluigi Buffon et Domenico Criscito déclarent «n’y être pour rien», le gain de 300€ cumulé par les deux défenseurs espagnol au Loto-Foot laisse planer un doute éternel sur le résultat de cette rencontre.
L’autre match, on s’en fout, on va dire que l’Irlande gagne 2-0 contre la Croatie. Parce qu’au fond, on est tous un peu des Irlandais, non?

Pas Iniesta, en tout cas. Vexé par la nullité de son attaquant de pointe et de ses défenseurs centraux, l’enfant lune du Barça dribble tout seul la défense de l’Irlande pour offrir la victoire à l’Espagne, 1-0, lors de sa deuxième rencontre. Dans ce match, Fernando Torres a touché trois fois les poteaux, a vu sa frappe presque victorieuse sortie de la main par un défenseur venu de la «Terre brûlée au vent des landes de pierre autour des lacs c'est pour les vivants un peu d'enfer le Connemara» et a mangé un péno. Another day at the office, quoi.

Pendant ce temps, l’UEFA se tâte à repêcher l’Italie, l’Ukraine et la Grèce pour créer un tournoi du pays le plus corrompu. L’idée d’ajouter la Corse pour faire une poule de quatre n’a pas séduit Michel Platini, le projet est abandonné. Du coup, face à la seule équipe de l’Euro qui joue plus pour son honneur que pour l’argent, les Italiens ne peuvent rien faire. 3-0 pour la Croatie.

La qualification se joue donc sur les derniers matchs, puisque tout le monde est à trois points. L’Espagne, toujours aussi facile, écrase facilement la Croatie 1-0 sur une tête contre son camp d’un mec qui porte des damiers en 2012. Dans l’autre rencontre, l’Irlande tient le match nul de la qualification jusqu’à la 93e minute, lorsque Thiago Motta décide de marquer de la main. L’arbitre n’y voit que du feu, l’Irlande s’embrase, «Sunday Bloody Sunday» gagne 4 millions de vues sur Youtube et le Premier Ministre demande à l’UEFA que le match soit rejoué. L’idée ne séduit pas Michel Platini.

Qualifiés: Espagne, Italie

euro2012


Poule D

Ukraine, France, Angleterre, Suède,

Après l’annonce des forfaits de dernière minute de Joe Hart, Phil Jones, du kiné et du cuisinier, qui s’ajoutent aux 64 blessés/suspendus/ignorés, l’équipe d’Angleterre est totalement désœuvrée avant d’affronter la France. Roy Hodgson, l’entraîneur dont le seul fait d’arme est d’avoir entraîné l’Inter Milan à une époque où on parlait de Recoba comme d’un futur ballon d’Or, décide malgré tout de se passer une nouvelle fois de Rio Ferdinand «pour des raisons sportives». Il préfère sortir de sa retraite Sol Campbell et ses 37 annuités. Ce qui n’empêche pas l’Angleterre d’ouvrir le score sur une tête de Gerrard après un coup-franc de Beckham (qui lui a été rappelé, par contre). L’Angleterre mène 1-0 à la mi-temps, et le moment est sans doute mal choisi pour John Terry d’annoncer à Danny Welbeck qu’il a couché avec sa femme. Les deux hommes manquent de se battre, le vestiaire est divisé et la France en profite pour égaliser à la 89e d’un superbe coup-franc d’Adil Rami avant que le Valencian ne double la mise sur penalty après une grossière passe en retrait de Steven Gerrard vers David Seaman (qui lui a été rappelé, par contre).The Sun titre «Adilicious» et les Bleus l’emportent, même si la frappe de Milner en début de deuxième mi-temps avait bien franchi la ligne d’Hugo Lloris. D’un tweet dévastateur, Stan Collymore réclame «la vidéo, et vite». L’idée ne séduit pas Michel Platini. Pendant ce temps, la Suède et l’Ukraine sur quittent sur un score de on s’en tape à on s’en cogne.

Face au pays hôte, la France peut quasiment assurer sa qualification dès le deuxième match. Dans une Dombass Arena bouillante, Samir Nasri climatise tout le bloc communiste d’un geste technique dont il a le secret, c'est-à-dire involontaire. Sa feinte de frappe-petit pont-crochet en flip flap rebondit sur deux défenseurs avant d’atterrir sur Benzema, qui envoie une praline au fond. Saleté de génération 87, ils n’arriveront donc jamais à être sur la même longueur d’onde. Ribéry, de son côté, profite de retrouver une défense estampillée «bundesliga» pour claquer son doublé (3-0). Le lendemain, l’Equipe l’annonce au Real Madrid et au PSG.

La 3e journée est inutile, puisque tout le monde sait bien que les remplaçants de l’équipe de France vont mastiquer la Suède d’Ibrahimovic - toujours aussi nul quand l’adversaire est un peu meilleur que Cesena ou Livourne - et que l’Angleterre va finir par sortir des poules mais se fera éliminer en quart de finale. Comme à tous les Euro depuis que le football existe.

Qualifiés: France et Angleterre


La suite au prochain épisode...

Alexandre Pedro (Groupes A et B) et Bertrand Volpilhac (Groupe C et D)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu